COMITE CULTUREL POUR LA DEMOCRATIE AU BENIN

(C.C.D.B.)

SECTION FRANCAISE DE L’ODHP-BENIN

Membre de la Convention Patriotique des Forces de Gauche

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site: www.ccdb-benin.org

                               

                                     COMMUNIQUE DE PRESSE

 

EN MAINTENANT LES ELECTIONS COMMUNALES DU 17 MAI 2020, LE PRESIDENT PATRICE TALON EXPOSE INUTILEMENT ET DANGEREUSEMENT LES   POPULATIONS BENINOISES A UNE CONTAMINATION DE MASSE AU COVID-19

 

Le Bénin, à l'instar de beaucoup de pays africains, face à la pandémie de COVID-19, s'en sort plutôt mieux que craint au départ comparativement à ce qui se passe ailleurs dans le monde sans qu'on ne puisse affirmer avec certitude à ce stade de la pandémie, les raisons de ce constat.

 

Dès le 16 mars 2020, le Bénin connaît son premier cas confirmé de contamination au Covid-19 suivi du 2è cas le 17 mars 2020. Entre le 17  mars et le 23 mars, 4 nouveaux cas sont détectés. Le Bénin enregistre alors son premier décès le 6 avril 2020 suivi du 2è le 1er mai 2020. Entre temps, le gouvernement décide d'établir un cordon sanitaire autour de 10 communes les plus exposés pour freiner la propopagation du virus. De 64 cas confirmés au 28 avril 2020, on est passé à 140 cas de contaminations confirmées à la date du jeudi 7 mai 2020 soit une augmentation de76 cas en l'espace d'une dizaine de jours. Entre temps, le gouvernement a rendu le port de masques obligatoire avec effet dès le 8 avril. A la date du 11 mai, le Bénin enregistre officiellement 327 cas confirmés et 2 décès. De ce constat, on peut dire que le virus circule dans le pays  lentement mais sûrement avec une accélération presque exponentielle révélée par l'augmentation des tests de dépistage ces derniers jours. Le pic de l'épidémie serait officiellement attendu vers fin mai. C'est dans ces conditions que le conseil des ministres, en sa session du 6 mai 2020, a décidé de la levée du cordon sanitaire pour compter du lundi 11 mai 2020 avec la réouverture des écoles, des établissements d'enseignement et des universités.

Il apparaît donc que le gouvernement lève le cordon sanitaire à un moment où le virus circule beaucoup dans le pays et où le risque de contamination élevé sans que les mesures de sécurité requises ne soient  satisfaites comme en témoignent les protestations des usagers de l'école concernant par exemple l'absence de distribution de masques dans les écoles. De la même manière, il est incompréhensible qu'on maintienne la fermeture des bars, discothèque, mosquées et autres lieux de cultes, plage et autre lieux de réjouissandce; qu'on maintienne l'interdiction aux taxis-motos de transporter plus d'une personne à la fois, l'interdiction des rassemblements de plus d'une cinquantaine de personnes? Il y a visiblement une contradiction entre ces deux décisions que le gouvernement de la rupture devra expliquer au peuple.

Cette décision est pour le moins incompréhensible à moins que cette levée du cordon sanitaire soit un prétexte pour justifer le maintien des communales du 17 mai 2020 alors que le taux de contamination dans la population flambe. Alors ce serait totalement irresponsable de la part d'un gouvernement d'exposer les populations à des risques inutiles et dangereux d'autant plus qu'il s'agit ici des élections sans enjeux, les partis d’opposition étant exclus comme pour les législatives exclusives de 2019. Le peuple n'y est pas invité et n'a rien à y faire. La rummeur indique déjà que le taux de participation retenu à l'avance par Patrice Talon est de 62% avec à la clé tous les maires  à nommer déjà connus. A toute fin utile, le CCDB rappelle le précédent de la France où le 1er tour des élections municipales en mars 2020 a été maintenu in extrémis par le gouvernement Macron en pleine pandémie de Covid-19 avec les conséquences lourdes qui s'en sont suivies: beaucoup de décès dont des élus dûs au covid-19 et des plaintes en attente devant la Haute Cour de Justice. A bon ententdeur salut.

Pour toutes ces raisons,

  • - Le Comité Culturel pour la Démocratie au Bénin (CCDB) demande au gouvernement de Patrice Talon de prendre toutes ses responsabilités en tant que gouvernement soucieux de la santé de ses concitoyens qu'il a le devoir de protéger quoi que ça coûte en ces temps difficiles pour prendre la seule bonne décisuion qui s'impose: l'annulation pure et simple des communales exclusives et sans enjeux du 17 mai 2020 pour préserver des vies humaines.

 

2- La direction invite les militants et sympathisans du CCDB à soutenir et répercuter sur leurs proches au Bénin, la campagne anti-communale engageé par le Collectif pour la Sauvegarde de la Démocratie au Bénin (CSDB) et l’opposition, appelant le peuple béninois à rester chez lui le 17 mai 2020.

 

3 - Le CCDB demande aux populations du Bénin à qui le droit de désigner librement leurs conseillers et maires leur est dénié, de rester chez eux parce que cette mascarade du 17 mai prochain ne les concerne pas. Elles n'y sont pas conviées.

 

Honte à l'autocrate Talon

Le peuple vaincra

 

Fait à Paris le 13 mai 2020

La Direction du CCDB

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

juillet 2020
lmmjvsd
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031