AU COMITE DES VICTIMES DE LA REPRESSION POLITIQUE AU BENIN

 Chers camarades,

Le peuple béninois vient de vivre une semaine de lutte intense contre les tentatives de réhabilitation de l’autocrate KEREKOU. Par la campagne active que vous avez menée, vous avez réussi à remettre à l’ordre du jour, la nécessité de l’abrogation de la loi scélérate accordant l’immunité à Mathieu KEREKOU. YAYI BONI, que KEREKOU a mis au pouvoir pour continuer de couvrir ses forfaits, voulait se servir de quelques jeunes naïfs ou écervelés pour préparer le lit à sa «dictature du changement ». Non seulement votre campagne a mis en échec les plans du nouvel autocrate et de son mentor, mais elle a permis à l’opinion publique et à une bonne partie de la jeunesse béninoise de savoir qui est vraiment KEREKOU et le mal que ce sinistre individu a fait notre pays .

Chers camarades,

Le Comite Culturel pour la Démocratie au Bénin (CCDB) qui compte dans ses rangs beaucoup de victimes du pouvoir de KEREKOU, d’anciens prisonniers, d’anciens torturés, beaucoup d’exilés politiques, est d’accord avec vous pour dire que : «  l’initiative de présenter KEREKOU comme un modèle, vise à célébrer non pas la probité, le patriotisme et le don de soi mais au contraire à magnifier un tortionnaire qui est l’incarnation du truand sans foi ni loi, du criminel qui a passé 29 ans au pouvoir pour tuer, priver le peuple de liberté afin de s’enrichir et ruiner le pays. Rendre hommage à KEREKOU, c’est sacraliser la barbarie dans les mœurs politiques, c’est immortaliser l’impunité au sommet de l’Etat ».

Les protagonistes du Renouveau dit démocratique qui pour la plupart ont collaboré avec KEREKOU ou étaient planqués comme des rats pendant la dictature de ce dernier ont refusé de reconnaître les mérites et la souffrance des victimes du PRPB afin de leur rendre justice et punir les coupables. Après cela, comment s’étonner que YAYI viennent nous déclarer qu’il veut faire la dictature du développement ?

Tout ceci montre qu’il est urgent d’en finir avec l’impunité et donc, retirer à KEREKOU, l’immunité honteuse qu’il a négociée et obtenue avant de remettre le pouvoir à SOGLO en 1991 ; c’est une œuvre de salubrité publique.

Chers camarades,

Pour l’aboutissement de cette revendication légitime, vous pouvez être convaincus que le CCDB sera toujours à vos côtés.

Paris le 30 octobre 2012

La Direction du CCDB

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

juin 2019
lmmjvsd
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930