CONFEDERATION SYNDICALE DES TRAVAILLEURS DU BENIN (CSTB)
03 B.P. 932 Cotonou
Tél. : (00229) 67-08-61-14 (00229) 67-40-68-00 (00229) 64-58-00-86
Email :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / SiteWeb : WWW.CSTB.bj

COMMUNIQUE AUX TRAVAILLEURS

Ce vendredi 24 novembre 2017 s’est tenue à Cotonou une session extraordinaire du Comité Confédéral National de la CSTB suite au dépôt en prison de nos camarades Laurent METONGNON, Moussa ADEGOKE, tous représentants des centrales et confédérations syndicales au sein du Conseil d’Administration de la CNSS de 2013 à 2016. Le comité, après analyse de cette situation nouvelle, fait remarquer qu’en jetant Laurent METONGNON en prison, Patrice TALON veut obliger tout le monde à se taire afin qu’il continue de piller, de voler les ressources publiques sans que personne ne crie holé! Or le CCN, dans sa déclaration du 02 novembre 2017 avait dit que « les travailleurs ont raison de refuser de continuer de produire pour les poches de Patrice TALON et Compagnie ».
Le Conseil Confédéral National sur cette base à retenu de déclencher une grève d’avertissement de 48 heures les mercredi 29 et jeudi 30 novembre 2017 pour exiger la libération immédiate de Laurent METONGNON, de Moussa ADEGOKE et de leurs coaccusés, abusivement mis en prison contre toute légalité en vigueur et pour exiger la satisfaction immédiate de toutes les revendications des travailleurs de tous les secteurs, sans conditions. Il en appelle à la mobilisation générale de toutes les fédérations syndicales de tous les syndicats et de tous les travailleurs pour faire connaitre un succès éclatant à cette grève d’avertissement.
Cotonou, le 24 novembre 2017

Pour le CCN, le Secrétaire Général Confédéral
Nagnini M. KASSA MAMPO.-

EDITORIAL


Les peuples du Bénin et les travailleurs en particulier, vivent douloureusement une tragi-comédie montée et mise en scène par le gouvernement de Patrice TALON. Il s’agit de la fameuse “affaire CNSS/BIBE“ qui a conduit à l’audition et à la garde à vue, le vendredi 17 novembre 2017, du camarade Laurent METONGNON qu’une certaine presse traite de « bruyant syndicaliste ». Depuis le conseil des ministres qui a “découvert ce pot aux roses“, tout est mis en œuvre pour vilipender et tenter de déstabiliser cet ardent défenseur des libertés et de la bonne gouvernance.
Sentant venir le danger, ne serait que par le lynchage médiatique entretenu dans la période, les sept (07) confédérations et centrales syndicales du pays avaient pris une déclaration en date du 15 novembre 2017 après avoir écouté leurs trois (03) collègues envoyés au CA/CNSS. Elles mettaient déjà en garde contre les dérives éventuelles du pouvoir de TALON, vue la manière partisane et illégale dont le dossier se mettait en évidence. Elles dénonçaient aussi la menace contre la paix si la justice devrait être instrumentalisée dans cette affaire. Et cela n’a pas raté puisque après son audition à la BEF et à la surprise générale, (même des avocats), Laurent METONGNON est gardé à vue. La ruse et la rage sont apparues vertement, la CSTB est alors sortie aussi de ses gongs par une déclaration ce lundi 20 novembre pour expliquer en quoi tout ce montage est grossièrement politique, visant à terroriser toute velléité contestataire et exiger la libération immédiate du “Premier détenu politique de l’ère TALON“.
Ces deux (02) textes sont publiés in extenso dans ce numéro de VTB.

Lire la suite...

ADRESSE DE LA CSTB AUX TRAVAILLEURS
NOUS NE POUVONS PLUS CONTINUER DE PRODUIRE POUR LES POCHES DE PATRICE TALON ET SON CLAN

Le Comité Confédéral National (CCN) de la CSTB s’est réuni aujourd’hui jeudi 02 novembre 2017 pour examiner les conditions de vie et de travail des travailleurs sous la gouvernance du Président Patrice TALON depuis dix huit (18) mois qu’il est au pouvoir. Toute analyse faite le CCN est parvenu aux constats suivants : Les efforts déployés par le président ont consisté à l’accaparement des ressources du pays pour son propre compte et pour son clan. Tenez :
1- Domaine agricole : dès son entrée en fonction il a dissout toutes les sociétés et structures publiques pour l’AÏC, la SODECO et d’autres sociétés qui ne profitent qu’à lui et son clan. Tant pis pour les travailleurs de la SONAPRA, ONASA, ONS, CARDER, etc. les populations et le pays.
Même le parc PENDJARI a été cédé à ces amis affairistes sud africains ;

Lire la suite...

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

mai 2019
lmmjvsd
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031