HAUT  CONSEIL POUR LA REHABILITATION DE COTONOU

(H C R C)

-x-x-x-x-x-x-x-x-

COMMUNIQUE

Comme vous le savez, la famille Soglo (père et fils) a, par citation directe pour diffamation attrait en justice Monsieur Nicolas AHOSSI TOKPASSI pour comparaître le mercredi 24 juillet 2013 à 8 heures 30. Le procès pour diffamation est intenté contre Mr AHOSSI TOKPASSI parce qu’il est signataire d’une déclaration du Comité Provisoire du Haut Conseil pour la Réhabilitation de la ville de Cotonou qui disait que Cotonou était une ville sale, inondée dès les première pluies et mal gouvernée par la famille Soglo père et fils, maire et maire-adjoint de Cotonou depuis dix ans.

Lire la suite...

 Il est clair qu’au-delà de la personne de Nicolas AHOSSI TOKPASSI, c’est l’étouffement du Comité Provisoire pour la création du Haut Conseil pour la Réhabilitation de la Ville de Cotonou qui est visé.

Mr AHOSSI TOKPASSI, assisté de Maître Baparapé a produit dans les délais des pièces étayant les affirmations contenues dans la déclaration. En avait-il besoin ? Puisque, tous les jours, dans les rues et les médias, les populations crient contre les mafias domaniales, les inondations, les ordures, le mal éclairage des rues, la mauvaise gestion, le déguerpissement sauvage de Xwlacodji, les risques sur les habitations et l’environnement urbain de l’exploitation d’une carrière de sable en pleine agglomération, etc. Néanmoins, le dossier a été fourni et dans les délais.

Par deux fois déjà, Mr Nicolas AHOSSI TOKPASSI accompagné des responsables du Haut Conseil pour la Réhabilitation de Cotonou et de nombreux Cotonoises et Cotonois s’est présenté devant le Tribunal de Cotonou sans jamais apercevoir l’ombre de ses accusateurs. Le 24 juillet 2013, il n’eut pas d’audience et le dossier fut renvoyé au 31 juillet 2013 pour des raisons internes à la justice. Le 31 juillet, Mr Nicolas AHOSSI TOKPASSI s’est représenté entouré d’une délégation de militants du Haut Conseil pour la Réhabilitation de Cotonou encore plus forte avec des banderoles. Toujours pas l’ombre des Soglo représentés par leur conseil. Le Président du tribunal annonça alors le renvoi du dossier au 14 août 2013 pour non paiement de la caution de 10.000 francs CFA due par les Soglo. Un délai supplémentaire d’une semaine leur est accordé afin qu’ils daignent s’acquitter de cette formalité élémentaire.

On ne comprend pas le comportement du Maire-Président et de son adjoint et fils.  Pour des gens qui brassent et fêtent des milliards de francs, nous sommes obligés d’écarter la raison selon laquelle ils n’auraient pas les moyens de payer cette modique caution de 10.000 frs CFA. Restent alors deux hypothèses. La première, c’est le mépris pour l’institution judiciaire et les citoyens. Cela va comme un gant aux Soglo au regard de l’arrogance dont ils font souvent preuve. La seconde c’est qu’on ne peut s’empêcher de penser que ces provocateurs commencent à redouter l’étalement public des preuves de leur mauvaise gestion de Cotonou, à redouter le procès de leur règne de dix ans et le verdict populaire qui finira de les couvrir de honte. Pour la gestion calamiteuse qu’ils font de notre ville, pour leur désir d’étouffer toute critique de leur mauvaise gestion, ce ne serait que justice.

En tout état de cause, ils peuvent compter sur la détermination des Cotonois, notamment de ceux organisés au sein du HAUTCONSEIL POUR LA  REHABILITATION DE COTONOU (HCRC) pour rester mobilisés, faire échec à toutes manouvres dilatoires pour venir à tout moment faire le procès de la mal gouvernance des SOGLO père et fils et leurs complices.

Vive le Haut Conseil pour la Réhabilitation de Cotonou (HCRC)

Cotonou le 31 juillet 2013

La Direction du HCRC

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

mars 2019
lmmjvsd
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031