Sauvegarde des acquis démocratiques au Bénin : Un front citoyen naît contre la révision opportuniste de la Constitution

(La Presse du Jour 23/03/2012)

Un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques a été porté sur les fonts baptismaux hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou. Son objectif est de fédérer les réflexions et actions pour que les députés renoncent immédiatement et définitivement à toute révision précipitée, opportuniste, clandestine et non consensuelle de le Constitution du 11 décembre 1990. Il n’occulte pas l’urgence d’un audit et d’une correction de la Lépi dans les plus brefs délais afin de garantir la tenue en 2013 d’élections communales et locales transparentes, justes et surtout apaisées. Lire la suite...

Face aux éléments constitutifs d’un régime politique aux antipodes de la démocratie qui se mettent en place tout doucement au Bénin depuis quelques temps, des citoyens ont décidé d’agir. Après plusieurs mois de réflexions à travers le comité des Cadres et Personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et le Groupe de Réflexions, d’Initiatives et d’Actions (Gria), ils ont décidé de mettre sur pied un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques. C’est le clou de la journée qu’ils ont organisée hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou.

Dans son propos liminaire aux deux communications qui ont meublé la rencontre, l’une des figures de proue et coordonnateur des deux groupes, le professeur Antoine Détchénou a fait savoir que l’heure est grave et très grave au Bénin. Il faut alors en prendre conscience et rompre le silence collectif qui pourrait être suicidaire pour le pays. Les libertés sont menacées, et les institutions de la République sont en train d’être mises sous tutelle malgré les dispositions de la constitution béninoise. Plus grave constate le professeur, «� la dictature s’installe ainsi sournoisement�». Et c’est dans ce contexte qu’est introduit un projet de révision de la constitution, le tout sur un fond de refondation tendant à effacer tous les acquis pour installer les contres valeurs. Le contenu de cette révision montre clairement qu’il y a péril en la demeure. C’est pour cela qu’il faut un sursaut patriotique. La matérialisation de ce sursaut a été la création hier, jeudi 22 mars 2012, du regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques. Il s’est imposé aux participants à cette journée d’étude parce que toutes les dérives de la gouvernance actuelle sont de nature à remettre en cause les acquis de la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990 qui a permis de réconcilier le peuple béninois avec lui-même et d’assurer au pays une relative stabilité depuis 22 ans. «�Considérant que c’est le silence des citoyens qui fait le lit de la dictature et que, si nous n’y prenons garde, nous risquons de nous réveiller un beau matin à notre corps défendant dans une République qui ne correspondra plus en rien aux choix opérés par le peuple en 1990�», les participants à la journée d’étude ont décidé de se constituer en ce regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques dont l’objectif est de s’organiser pour s’opposer à toutes les velléités dictatoriales et de remise en cause de notre démocratie.

Ils ont convenu d’apporter leur soutien actif, total et sans faille à toute initiative d’où qu’elle vienne, visant à résister à l’arbitraire et à faire échec à la liquidation de la démocratie béninoise.

Enfin, ils ont lancé un appel patriotique à tous les citoyens (individus, associations, groupes de réflexion, mouvements, syndicats, partis politiques, …) soucieux de l’avenir du Bénin, afin qu’ils se joignent au front pour des actions citoyennes d’envergure en vue de contraindre nos dirigeants à tenir enfin compte de la volonté et des préoccupations réelles du peuple.

COMMUNIQUE FINAL

Sur l’initiative du Comité des Cadres et personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et du Groupe de Réflexion, d’Initiatives et d’Actions (Gria), un séminaire a réuni le 22 février 2012 au Codiam à Cotonou environ une centaine de personnalités de l’arène politique et de la société civile pour débattre des questions de l’actualité politique de notre pays, notamment celle relative à l’opportunité de la révision de la Constitution.

D’entrée de jeu, les participants à ce séminaire ont décidé de se constituer en un Front dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques.

Le Front ainsi créé a procédé à une analyse sans complaisance de la situation politique et socio-économique du Bénin, puis mis en exergue des actions prioritaires à engager pour préserver la paix si chère au peuple béninois. Il en ressort ce qui suit :

- Sur le plan économique, le Front constate l’assèchement continu du panier de la ménagère consécutif à l’échec des réformes entreprises dans la précipitation et sans étude préalable sérieuse. Pour y remédier, il urge que le gouvernement prenne les dispositions idoines pour relever le pouvoir d’achat des Béninois qui ne cesse de diminuer

- Sur le plan politique, le Front fustige la multiplication des actes attentatoires aux libertés et les velléités dictatoriales tendant à remettre en cause la démocratie béninoise, l’absence d’un débat public préalable annoncé par les Députés avant toute révision de la Constitution ainsi qu’un silence prolongé et inquiétant sur la question de l’audit et de la correction de la LEPI. En conséquence, le Front demande aux Députés de surseoir à toute révision de la Constitution et d’engager le débat populaire préalable nécessaire et de démarrer sans délai l’audit et la correction de la LEPI pour que les prochaines consultations électorales se déroulent dans de bonnes conditions.

- Sur le plan social, le Front condamne le mépris et l’humiliation dont sont l’objet les acteurs sociaux, particulièrement les enseignants qui ne reçoivent en réponse à leurs légitimes revendications qu’insultes et menaces de toutes sortes. Le Front appelle donc le gouvernement à reprendre immédiatement le dialogue avec les partenaires sociaux pour résoudre la crise que traverse actuellement le monde enseignant et qui prend des proportions inquiétantes pour l’école béninoise ;

Le Front lance un appel à toutes les personnes préoccupées par l’avenir du Bénin afin qu’elles le rejoignent dans le combat citoyen qu’elle vient d’engager.

Fait à Cotonou, le 22 mars 2012

Le Séminaire

Sauvegarde des acquis démocratiques au Bénin : Un front citoyen naît contre la révision opportuniste de la Constitution

(La Presse du Jour 23/03/2012)

Un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques a été porté sur les fonts baptismaux hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou. Son objectif est de fédérer les réflexions et actions pour que les députés renoncent immédiatement et définitivement à toute révision précipitée, opportuniste, clandestine et non consensuelle de le Constitution du 11 décembre 1990. Il n’occulte pas l’urgence d’un audit et d’une correction de la Lépi dans les plus brefs délais afin de garantir la tenue en 2013 d’élections communales et locales transparentes, justes et surtout apaisées.

Face aux éléments constitutifs d’un régime politique aux antipodes de la démocratie qui se mettent en place tout doucement au Bénin depuis quelques temps, des citoyens ont décidé d’agir. Après plusieurs mois de réflexions à travers le comité des Cadres et Personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et le Groupe de Réflexions, d’Initiatives et d’Actions (Gria), ils ont décidé de mettre sur pied un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques. C’est le clou de la journée qu’ils ont organisée hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou.

Dans son propos liminaire aux deux communications qui ont meublé la rencontre, l’une des figures de proue et coordonnateur des deux groupes, le professeur Antoine Détchénou a fait savoir que l’heure est grave et très grave au Bénin. Il faut alors en prendre conscience et rompre le silence collectif qui pourrait être suicidaire pour le pays. Les libertés sont menacées, et les institutions de la République sont en train d’être mises sous tutelle malgré les dispositions de la constitution béninoise. Plus grave constate le professeur, «� la dictature s’installe ainsi sournoisement�». Et c’est dans ce contexte qu’est introduit un projet de révision de la constitution, le tout sur un fond de refondation tendant à effacer tous les acquis pour installer les contres valeurs. Le contenu de cette révision montre clairement qu’il y a péril en la demeure. C’est pour cela qu’il faut un sursaut patriotique. La matérialisation de ce sursaut a été la création hier, jeudi 22 mars 2012, du regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques. Il s’est imposé aux participants à cette journée d’étude parce que toutes les dérives de la gouvernance actuelle sont de nature à remettre en cause les acquis de la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990 qui a permis de réconcilier le peuple béninois avec lui-même et d’assurer au pays une relative stabilité depuis 22 ans. «�Considérant que c’est le silence des citoyens qui fait le lit de la dictature et que, si nous n’y prenons garde, nous risquons de nous réveiller un beau matin à notre corps défendant dans une République qui ne correspondra plus en rien aux choix opérés par le peuple en 1990�», les participants à la journée d’étude ont décidé de se constituer en ce regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques dont l’objectif est de s’organiser pour s’opposer à toutes les velléités dictatoriales et de remise en cause de notre démocratie.

Ils ont convenu d’apporter leur soutien actif, total et sans faille à toute initiative d’où qu’elle vienne, visant à résister à l’arbitraire et à faire échec à la liquidation de la démocratie béninoise.

Enfin, ils ont lancé un appel patriotique à tous les citoyens (individus, associations, groupes de réflexion, mouvements, syndicats, partis politiques, …) soucieux de l’avenir du Bénin, afin qu’ils se joignent au front pour des actions citoyennes d’envergure en vue de contraindre nos dirigeants à tenir enfin compte de la volonté et des préoccupations réelles du peuple.

COMMUNIQUE FINAL

Sur l’initiative du Comité des Cadres et personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et du Groupe de Réflexion, d’Initiatives et d’Actions (Gria), un séminaire a réuni le 22 février 2012 au Codiam à Cotonou environ une centaine de personnalités de l’arène politique et de la société civile pour débattre des questions de l’actualité politique de notre pays, notamment celle relative à l’opportunité de la révision de la Constitution.

D’entrée de jeu, les participants à ce séminaire ont décidé de se constituer en un Front dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques.

Le Front ainsi créé a procédé à une analyse sans complaisance de la situation politique et socio-économique du Bénin, puis mis en exergue des actions prioritaires à engager pour préserver la paix si chère au peuple béninois. Il en ressort ce qui suit :

- Sur le plan économique, le Front constate l’assèchement continu du panier de la ménagère consécutif à l’échec des réformes entreprises dans la précipitation et sans étude préalable sérieuse. Pour y remédier, il urge que le gouvernement prenne les dispositions idoines pour relever le pouvoir d’achat des Béninois qui ne cesse de diminuer

- Sur le plan politique, le Front fustige la multiplication des actes attentatoires aux libertés et les velléités dictatoriales tendant à remettre en cause la démocratie béninoise, l’absence d’un débat public préalable annoncé par les Députés avant toute révision de la Constitution ainsi qu’un silence prolongé et inquiétant sur la question de l’audit et de la correction de la LEPI. En conséquence, le Front demande aux Députés de surseoir à toute révision de la Constitution et d’engager le débat populaire préalable nécessaire et de démarrer sans délai l’audit et la correction de la LEPI pour que les prochaines consultations électorales se déroulent dans de bonnes conditions.

- Sur le plan social, le Front condamne le mépris et l’humiliation dont sont l’objet les acteurs sociaux, particulièrement les enseignants qui ne reçoivent en réponse à leurs légitimes revendications qu’insultes et menaces de toutes sortes. Le Front appelle donc le gouvernement à reprendre immédiatement le dialogue avec les partenaires sociaux pour résoudre la crise que traverse actuellement le monde enseignant et qui prend des proportions inquiétantes pour l’école béninoise ;

Le Front lance un appel à toutes les personnes préoccupées par l’avenir du Bénin afin qu’elles le rejoignent dans le combat citoyen qu’elle vient d’engager.

Fait à Cotonou, le 22 mars 2012

Le Séminaire

Sauvegarde des acquis démocratiques au Bénin : Un front citoyen naît contre la révision opportuniste de la Constitution

(La Presse du Jour 23/03/2012)

Un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques a été porté sur les fonts baptismaux hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou. Son objectif est de fédérer les réflexions et actions pour que les députés renoncent immédiatement et définitivement à toute révision précipitée, opportuniste, clandestine et non consensuelle de le Constitution du 11 décembre 1990. Il n’occulte pas l’urgence d’un audit et d’une correction de la Lépi dans les plus brefs délais afin de garantir la tenue en 2013 d’élections communales et locales transparentes, justes et surtout apaisées.

Face aux éléments constitutifs d’un régime politique aux antipodes de la démocratie qui se mettent en place tout doucement au Bénin depuis quelques temps, des citoyens ont décidé d’agir. Après plusieurs mois de réflexions à travers le comité des Cadres et Personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et le Groupe de Réflexions, d’Initiatives et d’Actions (Gria), ils ont décidé de mettre sur pied un Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques. C’est le clou de la journée qu’ils ont organisée hier jeudi 22 mars 2012 au Codiam à Cotonou.

Dans son propos liminaire aux deux communications qui ont meublé la rencontre, l’une des figures de proue et coordonnateur des deux groupes, le professeur Antoine Détchénou a fait savoir que l’heure est grave et très grave au Bénin. Il faut alors en prendre conscience et rompre le silence collectif qui pourrait être suicidaire pour le pays. Les libertés sont menacées, et les institutions de la République sont en train d’être mises sous tutelle malgré les dispositions de la constitution béninoise. Plus grave constate le professeur, «� la dictature s’installe ainsi sournoisement�». Et c’est dans ce contexte qu’est introduit un projet de révision de la constitution, le tout sur un fond de refondation tendant à effacer tous les acquis pour installer les contres valeurs. Le contenu de cette révision montre clairement qu’il y a péril en la demeure. C’est pour cela qu’il faut un sursaut patriotique. La matérialisation de ce sursaut a été la création hier, jeudi 22 mars 2012, du regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques. Il s’est imposé aux participants à cette journée d’étude parce que toutes les dérives de la gouvernance actuelle sont de nature à remettre en cause les acquis de la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990 qui a permis de réconcilier le peuple béninois avec lui-même et d’assurer au pays une relative stabilité depuis 22 ans. «�Considérant que c’est le silence des citoyens qui fait le lit de la dictature et que, si nous n’y prenons garde, nous risquons de nous réveiller un beau matin à notre corps défendant dans une République qui ne correspondra plus en rien aux choix opérés par le peuple en 1990�», les participants à la journée d’étude ont décidé de se constituer en ce regroupement dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques dont l’objectif est de s’organiser pour s’opposer à toutes les velléités dictatoriales et de remise en cause de notre démocratie.

Ils ont convenu d’apporter leur soutien actif, total et sans faille à toute initiative d’où qu’elle vienne, visant à résister à l’arbitraire et à faire échec à la liquidation de la démocratie béninoise.

Enfin, ils ont lancé un appel patriotique à tous les citoyens (individus, associations, groupes de réflexion, mouvements, syndicats, partis politiques, …) soucieux de l’avenir du Bénin, afin qu’ils se joignent au front pour des actions citoyennes d’envergure en vue de contraindre nos dirigeants à tenir enfin compte de la volonté et des préoccupations réelles du peuple.

COMMUNIQUE FINAL

Sur l’initiative du Comité des Cadres et personnes Ressources pour la Consolidation des Acquis Démocratiques (Ccpr-Cad) et du Groupe de Réflexion, d’Initiatives et d’Actions (Gria), un séminaire a réuni le 22 février 2012 au Codiam à Cotonou environ une centaine de personnalités de l’arène politique et de la société civile pour débattre des questions de l’actualité politique de notre pays, notamment celle relative à l’opportunité de la révision de la Constitution.

D’entrée de jeu, les participants à ce séminaire ont décidé de se constituer en un Front dénommé Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques.

Le Front ainsi créé a procédé à une analyse sans complaisance de la situation politique et socio-économique du Bénin, puis mis en exergue des actions prioritaires à engager pour préserver la paix si chère au peuple béninois. Il en ressort ce qui suit :

- Sur le plan économique, le Front constate l’assèchement continu du panier de la ménagère consécutif à l’échec des réformes entreprises dans la précipitation et sans étude préalable sérieuse. Pour y remédier, il urge que le gouvernement prenne les dispositions idoines pour relever le pouvoir d’achat des Béninois qui ne cesse de diminuer

- Sur le plan politique, le Front fustige la multiplication des actes attentatoires aux libertés et les velléités dictatoriales tendant à remettre en cause la démocratie béninoise, l’absence d’un débat public préalable annoncé par les Députés avant toute révision de la Constitution ainsi qu’un silence prolongé et inquiétant sur la question de l’audit et de la correction de la LEPI. En conséquence, le Front demande aux Députés de surseoir à toute révision de la Constitution et d’engager le débat populaire préalable nécessaire et de démarrer sans délai l’audit et la correction de la LEPI pour que les prochaines consultations électorales se déroulent dans de bonnes conditions.

- Sur le plan social, le Front condamne le mépris et l’humiliation dont sont l’objet les acteurs sociaux, particulièrement les enseignants qui ne reçoivent en réponse à leurs légitimes revendications qu’insultes et menaces de toutes sortes. Le Front appelle donc le gouvernement à reprendre immédiatement le dialogue avec les partenaires sociaux pour résoudre la crise que traverse actuellement le monde enseignant et qui prend des proportions inquiétantes pour l’école béninoise ;

Le Front lance un appel à toutes les personnes préoccupées par l’avenir du Bénin afin qu’elles le rejoignent dans le combat citoyen qu’elle vient d’engager.

Fait à Cotonou, le 22 mars 2012

Le Séminaire

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

janvier 2019
lmmjvsd
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031