APPEL DU FRONT DU REFUS DE BENIN-WAXALA  AU  PEUPLE

                                                                           Cotonou le 29 octobre 2015a

Béninoises ! Béninois ! Chers compatriotes végétant dans le silence et l’inaction citoyenne !

LE FRONT DU REFUS DE BENIN-WAXALA est né.

Il t’interpelle et vous appelle  à un ultime  sursaut patriotique, à travers une mobilisation générale  afin de sauver  la patrie du WAXALA , que tu vis et que nous vivons à cause de la GADOUE POLITIQUE, fabriquée par vingt-cinq (25) ans d’expérience du renouveau démocratique.

Comme le confessent ouvertement dans tous leurs discours, les dirigeants, acteurs et profiteurs de la désarticulation du peuple souverain et de la dégénérescence avancée du tissu socioéconomique national,  il est clair que le système politique issu du renouveau démocratique est aujourd’hui en agonie profonde.

C’est peu dire que d’affirmer que sous l’emprise de l’argent, surtout  ces dix (10) dernières années, toutes les valeurs républicaines, citoyennes,  morales et éthiques, culturelles et cultuelles ont été radicalement détruites.

L’administration a été systématiquement déstructurée et transformée en un vulgaire instrument de propagande au service du prince régnant.

Tous les ressorts du vivre ensemble sont cassés. Le pillage du patrimoine commun est banalement  devenu la règle d’or en matière de la gouvernance publique au sommet et à tous les échelons de l’Etat.

Aujourd’hui, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la classe politique dirigeante s’alternant au pouvoir depuis 1990 s’est effacée devant le rouleau aplatisseur de l’argent. Elle est déboussolée  par la vérité de sa malfaisance accumulée depuis plusieurs années.

Complètement embourbée, cette classe désavouée par elle-même et par le peuple floué se trouve  tristement le moyen de s’activer actuellement  à préparer une élection présidentielle de tous les dangers dans une confusion terrible. La tragédie électorale se poursuit par le tripatouillage de la liste électorale, reconnue dorénavant par tous, comme le primordial outil des fraudes électorales commises depuis 2011. C’est dans cette ambiance de vaste supercherie que la Cour Constitutionnelle par sa décision scélérate  DCC 15-156 a pris ouvertement parti pour une inconstitutionnelle candidature en réécrivant  en toute impunité la prescription constitutionnelle, relative à la condition impérative de l’âge minima à la date de dépôt de la candidature. Naturellement, la classe politique dirigeante engourdie est restée inerte, comme elle a été, lorsque sa représentation au parlement a été incapable de lever l’immunité parlementaire de leur affidé Mr KASSA, empêchant le peuple d’en savoir sur le crime de détournement de l’argent de l’eau. Ce faisant, il est établi que l’Assemblée passe bien pour être le repaire des déprédateurs du patrimoine commun.

Les dernières actualités nationales font état de la réédition de  fraudes  massives, exécutées avec arrogance par les princes hideux de la république, lors des derniers concours de recrutement dans la fonction publique. C’est dans cette ambiance de pourriture de la gouvernance des affaires publiques nationales que les odieux crimes crapuleux de sang, dont ont été victimes le juge COOVI, les feus SOUHOUNDJI-AGBOSSOU, DANGNIVO et autres, se règlent et vont se terminer par la honteuse célébration de l’impunité.

Béninoises ! Béninois ! Chers  compatriotes végétant dans le silence et l’inaction citoyenne !

LE FRONT DU REFUS DE BENIN-WAXALA t’invite, Oui ! Il vous engage à prendre  ici et maintenant à poser la bonne question devant la gravité de la détresse actuelle du système politique en place, depuis 1990 et d’y apporter les réponses idoines.

Aussi doit-on aller à l’élection présidentielle de février 2016, après avoir vécu les affres du fameux K.O de 2011 pendant bientôt cinq (5) ans et la contrebande électorale du premier semestre 2015, d’une part, et face à la grande confrontation en perspective, des amis d’hier d’autre part ? La réponse est courageusement NON !

Un NON  de responsabilité et de prévention, voire de précaution.

Un NON pour marquer une pause évaluative, afin de s’opposer à la répétition de la forfaiture électorale.

Un NON pour prendre du recul démocratique pour ne pas se lancer dans une nouvelle aventure du messianisme très coûteux au pays.

Un NON, pour opérer une salutaire pause corrective, pour  jeter en toute conscience et souveraineté  les fondations objectives de la reconstruction de l’Etat de droit du Bénin sur de nouvelles bases.

Dire NON et Agir pour empêcher la reconduction du système moribond sous d’autres formes, à travers l’organisation d’une  élection de tous les dangers, n’est nullementun acte d’extrémistes, ou une initiative insensée de partisans taxés de violents.

Cela participe d’un sublime devoir citoyen, que seuls, les jouisseurs et inconséquents de la république vont lâchement désavouer, sachant pertinemment que c’est la seule voie pour éviter le chaos pour ce pays, ou à tout le moins, l’éternel recommencement.

MOBILISE-TOI ! REAGISSONS ENSEMBLE, PAR TOUS LES MOYENS LEGAUX ET DEMOCRATIQUES, AUX FINS DE NOUS OPPOSER A LA FORFAITURE ELECTORALE EN COURS DE PREPARATION, DONT L’OBJECTIF EST DE PERPETUER ET D’AGGRAVER LE WAXALA. 

MARQUONS LA PAUSE EVALUATIVE POUR REMETTRE CE PAYS MEURTRI EN CONFIANCE, DEBOUT ET RECONCILIE AVEC LUI-MEME.

NON AU BENIN-WAXALA ! VIVE LE BENIN ALAFIA ! VIVE LE FRONT DU REFUS !

L’Assemblée constitutive du FRONT.

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

décembre 2019
lmmjvsd
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031