LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA HAAC

Monsieur le Président de la Haac,

Depuis peu, la diaspora béninoise résidant en France peut recevoir la télévision nationale, l’ORTB. On aurait pu se réjouir à l’idée d’entretenir un lien avec le pays. Malheureusement le spectacle auquel nous assistons est plutôt affligeant et indigne d’un pays qui se veut démocratique. On est d’autant plus indigné qu’on est en période préélectorale où la société connaît des fortes tensions. La télévision nationale (service public) est transformée en « TELE YAYI BONI » dans la mesure où il n’y en a que pour le Président-Candidat. Nous avons ainsi assisté depuis plus d’un mois à une propagande effrénée vantant les mérites du chef de l’Etat.

Les éditions quotidiennes sont marquées principalement par des défilés et marches suscités et financés sur fonds publics par les partisans de la mouvance présidentielle proclamant leur soutien au Président et appelant à sa réélection.

Le prétendu bilan du quinquennat de Yayi Boni fut le premier prétexte utilisé par les Ministres et Conseillers du président vantant les mérites de leur Chef pour soumettre le peuple béninois à un matraquage systématique.

L’insupportable détournement de l’ORTB au profit exclusif de YAYI BONI a atteint son paroxysme les vendredi 28 et samedi 29 janvier 2011. Le journal télévisé a été exclusivement consacré à la gloire du Président Candidat Yayi Boni. Les populations ont été convoyées des quatre coins du pays à Cotonou pour l’investiture du candidat Yayi Boni. L’ORTB a couvert en direct et intégralement cette investiture et a rediffusé pendant une heure le discours d’investiture du candidat Yayi Boni. Quand on sait que  de nombreux autres candidats ont reçu l’investiture de leur parti pour être candidat à la prochaine élection présidentielle sans que ce média service public n’ait éprouvé l’intérêt d’en informer largement les citoyens électeurs, on mesure davantage les graves manquements aux règles élémentaires d’équité, d’équilibre et de déontologie qui devraient gouverner l’information.

A l’ORTB, c’est le règne de l’arbitraire qui engendre même la censure. Ainsi, la commande de l’annonce payante de la candidature à l’élection présidentielle du candidat du Parti Communiste du Bénin « PCB » libellée comme suit « Elections Présidentielles 2011 : Avec son programme « Tout le pouvoir aux travailleurs et au peuple », le PCB présente son 1er Secrétaire Philippe NOUDJENOUME. Souscrivez pour sa caution » a été refusée par le Directeur des relations publiques. Voila qui est scandaleux et inadmissible pour tout démocrate.

Tout ce qui précède n’est possible qu’avec des journalistes aux ordres du pouvoir corrupteur en place. Des journalistes corrompus et souvent zélés qui se mettent au service du pouvoir au mépris de la déontologie qui devrait préserver l’honneur de leur profession. La responsabilité des ces journalistes est engagée et ils devront rendre des comptes au peuple béninois comme cela se voit déjà en Tunisie d’après Ben ALI

Monsieur le Président de la HAAC,

Comme vous le savez, ce qui est rappelé ci-dessus est bien connu des Béninois tant de l’intérieur que de la diaspora. C’est le résultat d’une politique de l’information et plus généralement d’une mauvaise gestion du bien public que les gouvernants considèrent comme leur propriété privée. Ces comportements sont lourds de dangers  pour notre société et sont de nature à aggraver les tentions car les victimes de l’arbitraire ne se laisseront pas écraser impunément par les gouvernants.

Monsieur le Président de la HAAC,

Le Comité Culturel pour la Démocratie au Bénin (CCDB) proteste contre le traitement discriminatoire, arbitraire et inéquitable des différents candidats à l’élection Présidentielle 2011 par la télévision nationale ORTB et dénonce les auteurs, commanditaires et complices des pratiques liberticides, sources des graves dangers pour le peuple béninois.

Le CCDB estime que votre responsabilité est engagée ainsi que celle de l’Institution que vous présidez car vous ne pouvez pas prétendre ignorer ces comportements et les risques qu’ils induisent. Alors que ce qui se passe concerne directement la mission de la HAAC, il y a comme un laisser-faire, un silence coupable. Votre silence et votre inaction font de vous et de votre Institution, les complices des pratiques et dérives liberticides auxquelles nous assistons sous le régime dit du Changement.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président de la HAAC, nos salutations patriotiques

Paris le 2 février 2011

LA DIRECTION DU CCDB

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

décembre 2019
lmmjvsd
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031