COMMUNIQUE DE PRESSE
L’Organisation des Droits de l'Homme et des Peuples (ODHP)  dénonce et condamne la violation des libertés démocratiques à l’université par le pouvoir du Président TALON.

 

Le conseil des ministres en sa session du 05 Octobre 2016 a décidé entre autres ce qui suit: « Le conseil des ministres a pris connaissance des résultats des enquêtes administratives sur les cas de violence et actes de vandalisme survenus sur le campus d’Abomey-Calavi. Résultat des enquêtes administratives sur le mode de recrutement par les organisations estudiantines d’anciens militaires et sur la délimitation de zones dites interdites sur le campus. (…)

Pour prendre connaissance de l'intégralité du communiqué de presse de l'ODHP, cliquer ici.

IMMORTALISER MATHIEU KEREKOU, C‘EST UN CRIME CONTRE LE BENIN !

05/06/2015 BINASON AVÈKESLAISSER UN COMMENTAIRE

Chronique de la vie d’un dictateur : Mathieu Kérékou
IMMORTALISER MATHIEU KEREKOU, C‘EST UN CRIME CONTRE LE BENIN !

Une campagne tapageuse est en cours depuis quelques semaines à partir des ondes de Radio France Internationale (RFI) en faveur de l’immortalisation du dictateur Mathieu KEREKOU. Cette campagne menée pas l’AFNEX dirigée par Christian LAGNIDE, un protégé et ancien ministre de Mathieu KEREKOU présente ce dernier comme homme de paix. Or pendant ses 27 ans de règne, Mathieu KEREKOU a été un monstre sanguinaire, un dirigeant corrompu, mentor et inspirateur de Boni YAYI.

Lire la suite...

ORGANISATION POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES (ODHP 

2005 / 0061 / DEP - ATL -LITT / SG / SAG – Assoc-JORB N°4 du 15 février 2005 

02 BP 1670 Cotonou (Rép. du Bénin)

Tél : (229)21 38 02 75 /97 88 84 28 /97 98 82 18 /21 30 92 68

 

L’ODHP EXIGE LA LIBERATION DE TOUS LES DETENUS POLITIQUES.

 

Hier, 17 décembre 2012, l’ODHP lançait un appel à tous les démocrates, à tous les défenseurs des droits de l’homme ainsi qu’à l’opinion publique internationale pour dénoncer l’instrumentalisation de la justice, des préfets, etc. par le Chef de l’Etat YAYI Boni et pour exiger la libération immédiate de Philibert SABI YERIMA. Elle exigeait aussi la fin de toutes tracasseries et de tout acte attentatoire aux libertés élémentaires et aux droits des citoyens et des peuples.

 

 Rappelons que Philibert SABI YERIMA a été arrêté pour une soi-disant confrontation avec des membres et responsables du Comité de Développement de Natitingou dans « l’affaire du meurtre de Alabi Kouabi Fawaz ».

 Rappelons aussi qu’il est établi devant le Tribunal de Natitingou le 31 mai 2011 (et de son propre aveu que) c’est le commissaire Koto YERIMA BAGUIDI qui a donné l’ordre d’ouvrir le feu sur les manifestants pacifiques le 04 mai 2011. Et il est aussi connu que le préfet N’DAH SEKOU Gervais a signé une réquisition pour cela.

En clair, ceux qui doivent être traînés devant les tribunaux et jugés pour assassinat de Fawaz sont le commissaire Koto YERIMA BAGUIDI, le préfet N’DAH SEKOU Gervais, les policiers exécutants de leurs ordres et le commanditaire de tous, le Chef de l’Etat YAYI Boni, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, Chef Suprême des Armées, ministre de la Défense, etc.

Lire la suite...

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

mars 2019
lmmjvsd
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031