Tout récemment, dans un commentaire, s’agissant de la réponse cinglante de Binason Avèkes à la tribune du frère Melchior alias Albert TEVOEDJRE à propos de la situation nationale, j’ai indiqué que la fin du temps des illusionnistes s’annonçait au Bénin. Parallèlement à la mise au rebut des idéologues et gardiens du temple de l’ancien système qui se meurt, on assiste à la montée en puissance d’une nouvelle intelligentsia qui cherche à travailler pour la réécriture de notre histoire. Dans son roman : « Le monde s’effondre », CHINUA ACHEBE recommande : « Si tu n’es pas content de l’histoire que les autres ont écrite pour toi, écris ta propre histoire » ; or jusqu'ici, notre histoire est celle que nous ont léguée nos maîtres colonisateurs; Cette situation ne peut s’inverser qu’après des recherches, des colloques, des congrès où nos chercheurs confrontent leurs idées, pour essayer de séparer le bon grain de l’ivraie pour voir ce qui nous permet de progresser et pourquoi les colonialistes ont analysé telle et telle situation de telle ou telle façon. En effet, il n’y a pas une histoire ; il y a des histoires ; il suffit de s’imaginer que pour l’Etat français, la guerre d’Algérie n’a jamais existé ; La France officielle parle des « évènements d’Algérie ».C’est dans le cadre de la réécriture de notre histoire qu’un colloque a été organisé sur le roi controversé ADANDOZAN du royaume du DANHOME. Ce colloque n’a pas été du goût de Roger GBEGNONVI, l’ex ministre de YAYI BONI qui, dans une de ces chroniques dont il a le secret et intitulée « NERON, ADANDOZAN ou HITLER » publiée le 29 avril 2014, indique: « Or l’ombre l’emportait manifestement chez Adandozan, qu’il convient de laisser pour toujours dans le trou méphistophélique où les princes d’Abomey l’ont enfermé. Quitte à espérer qu’un colloque se penchera un jour sur la grave question de savoir pourquoi le Bénin peine à trouver dans sa propre histoire des modèles de grandeur et de lumière, manière Mandela ou Sankara, humbles et lumineux porteurs du meilleur de l’homme partout ». La réponse du Professeur COSSI BIO OSSE sur le Blog babilown publiée par Binason Avèkes le 14 mai 2014  et intitulée « Voltaire, Adandozan et Richard II », indique en tout cas que le temps des enfumeurs de première classe comme GBEGNONVI est entrain de prendre fin.

Cliquer ici pour lire l’intégralité de l’article

Compteur de visiteurs

Please install plugin JVCounter!

Votre calendrier

juin 2019
lmmjvsd
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930